--> Retour menu <--
 
Date
Lieux
Activités
23/2/2008 La Douix de Châtillon sur Seine - Marsannay la Côte Mini-civière plongée perfor(m)ante...
Comme convenu,
Notre prototype a été une nouvelle fois plongée à -17 m à la Douix de Châtillon sur Seine en compagnie d’une poignée de cartouches Spits étanchéifiées.
Transportée sur son châssis stabilisé avec le matériel qui lui incombe, nous avons travaillé pendant 55 minutes.


Durant cette période, il a été décidé de faire des forages utiles pour décrire précisément l’autonomie, l’efficacité, la maniabilité d’une telle machine.
Je tiens à préciser que c’est une perforatrice Bosch 24v qui est notre compagne de désobstruction intensive depuis une bonne vingtaine d’années dont les performances sont amoindries et incomparables au matériel vendu actuellement.

Deux résultats extrêmes sont à noter.
  • A -17 m, un premier trou de diamètre 8 x 420 millimètres a été percé en 10 minutes.

  • En extérieur 5 minutes ont suffit.
  • Le deuxième trou, d’un diamètre de 20 x 150 millimètres a été percé en 12 minutes.

  • En extérieur, 10 minutes.

    Question air, nous n’avons utilisé que 30 Bars pour 55 minutes de plongée contre 60 Bars pour 35 minutes en 2007.
    Nous n’avons utilisés qu’une batterie sur les deux ce qui nous à donner 30 minutes d’autonomie.
    Que deviendrons ces résultats lorsque nous immergerons un perforateur Hilti dernier cris ?


    Après démontage, nous avons une nouvelle fois constater que la machine n’avais pas pris l’eau.
    Nous avons profités des forages pour tester les cartouches étanchéifiées destinées au nouveau percuteur à commande à distance. Là aussi c’est un succès. Pas de pétards mouillés.
    Au terme de cette journée nous conclurons que la perforatrice aquatique électrique 24 volts est performants, d’utilisation simpliste, adaptée aux conditions spécifiques de la plongée spéléologique.

    Malgré tous ces bons résultats, il est bien évident que deux sorties ne permettent pas de saisir l’ensemble du problème.
    De nombreux points de détails sont à traiter avant la prochaine expédition.
    Cette dernière ne saurait tarder.
    Dans la foulée, nous avons fait quelques modifications.


    Dimanche 24/2/2008 à la maison.
    Modifications et essais de flottabilité du châssis.
    Pendant le débriefing qui s’imposait, nous avons décidé de parfaire la flottabilité de l’ensemble avec des tubes PVC.
    Durant le premier essai, le matériel a bien failli tenir compagnie à mes poissons rouges par 1.3m de fond.
    Le soir venu, j’ai récidivé avec le même matériel dans une configuration différente.
    Là, curieuses, les carpes rouges sont venues surveiller d’un oeil attentif l’immersion de cet engin mystérieux.


    Un rapide équilibrage des batteries et un rajout de 2KG de plomb permettent de faire couler l’ensemble juste sous la surface.
    Si la perforatrice avait été dessus, l’équilibre aurait été parfait mais cette dernière est entièrement démontée sur mon établi, en révision et nettoyage complet, pour lui donner pour la énième fois une nouvelle jeunesse.

    Laurent

    Retour à la page d'accueil du site
    cds21