--> Retour menu <--
 
Date
Lieux
Activités
13 au 15 septembre 2012 Le Neuvon - Plombières lès Dijon Exploration et protection
Vendredi 13: Présents :Eric Constantin, Laurent Garnier
Nous allons directement planter quelques spits pour peaufiner l'équipement le long de la galerie de l'Enclume.
La chose n'est pas aisée car la roche est recouverte de concrétionnement pouvant atteindre parfois plus de trente centimètre. Bon an, mal an, nous faisons tout de même quelques modifications dans les verticales. Malheureusement ce n'est pas terminé. Nous tendons "pour le fun" une tyrolienne. Pour le fun bien sùr!...mais aussi en cas de problème les encrages seront là pour le passage rapide d'une civière.
Après ce travail ludique, nous faisons demi-tour pour nous consacrer à la désobstruction d'un passage comblés de blocs, sous lesquels nous entendons couler de l'eau.
Cinq minutes d'effort et un pied de biche plus tard sont nécessaires pour venir à bout de cet obstacle.
Quelques diverticules plus tard, nous voilà dans la "Rivière" ! En amont, au bout d'une petite cinquantaine de mètres, la galerie fait un coude à 90° puis bute sur une trémie à travers laquelle nous voyons que la suite est plus vaste. Le ruisseau traverse la galerie de l'Enclume. Il semblerait que nous soyons dans la rivière de l'OASIS !



En aval, nous suivons une galerie érodée, parsemée d'argile et de chailles, qui s'évase et se relève. Ensuite nous quittons la rivière par un passage supérieur avec quelques regards sur la rivière.
Soudain, alors que rien ne présage une suite, un virage à angle droit laisse apparaitre un paysage de toute beauté.
Formations argileuses, concrétions, fistuleuses et excentriques se côtoient pour le plaisir de nos yeux. En prenant cette direction, nous nous éloignons de quelques dizaines de mètres de la galerie de l'enclume.
Quelques chicanes plus loin, une diaclase plonge sur quelques mètres. Nous décidons de faire demi-tour car Eric, après deux ans d'inactivités, n'est plus très en forme. Il est grand temps de regagner la surface.
C'est avec regret que nous quittons cette magnifique galerie en laissant derrière nous plusieurs diverticules et diaclases qui attendent d'être explorés...



Samedi 14:
Présents :Cosimo Torre, Jean-Louis Mérelle, Guillaume Drescher, François Brassaud, Philipe Clément, Thierry Daloz, Marie Salillas et Laurent Garnier
Avec Cosimo nous descendons de bonne heure pour faire la topographie des découvertes de la veille.
En amont, devant la trémie, nous faisons quelques travaux d'élargissements pendant quelques dizaines de minutes. Ensuite, nous allons en direction de l'aval pour topographier la suite du réseau. Les visées s'enchainent les unes derrières les autres. Le moindre passage est exploré mis à part une cheminée glaiseuse.
Sur le même chemin que la veille, nous nous arrêtons guère plus loin. La diaclase terminale est descendue et nous nous arrêtons devant un superbe petit lac vert transparent qui plonge profondément. Nous avons une vue sur une dizaine de mètre. La suite sera visitée à notre prochaine visite.
Nous retournons sur nos pas et prenons la diaclase restée encore vierge. Vingt mètres plus loin, nous retrouvons la rivière et la suivons quelques temps avant de la quitter une nouvelle fois en faveur de la base d'une cheminée.
L'eau s'engouffre dans un réduit impénétrable...



Nous montons désormais à travers les formations argileuses et le concrétionnement. Les coulées stalagmitiques sont encore blanches à gauche. Après une rapide escalade, une diaclase pince rapidement ! Mais nous la voyons encore bien sur 5 mètres.
A gauche Cosimo, qui a abandonné la topographie, rampe dans un boyau qui donne dans une salle basse entrecoupée de blocs effondrés et d'une sévère étroiture. Derrière, l'élargissement est notable. Ce passage supérieur est ponctué de deux regards, profond de 7 à 8 mètres, sur une eau limpide et transparente . La diaclase argileuse qui y fait suite ne nous permet pas d'y descendre car nous n'avons pas pris le matériel nécessaire au passage de verticales.
Déçus, nous rebroussons chemin et prenons la direction de la trémie amont.



Après quelques minutes de déblaiement, nous traversons ce passage étroit et retrouvons une galerie au sol duquel il y a de très anciennes traces. Certainement celle des topographes qui on fait la première...
La jonction de ce réseau inférieur étant faites, nous poussons notre balade jusqu'à l'embranchement avec la Galerie de l'Enclume derrière le dernier ressaut. Ce réseau inférieur continu a doubler la grosse galerie jusqu'à un autre effondrement !! Certainement une nouvelle traversée car la Rivière de l'Oasis coule pas loin de là et la coloration faite (à la boue !) lors de nos différents essais de dé-siphonnage de son siphon prouve bien que l'affluant de l'Oasis double bien la Galerie de l'Enclume sur presque toutes sa longueur. Il semble aussi que nous nous éloignons de l'axe principal de la cavité...
Après calculs nous avons fait environ 250 mètres de première topographié, auquel il faut ajouter environ 70 m que nous avons parcourus en toute liberté.



Dimanche 15:
Présents: Jean-Louis Mérelle, Laurent Garnier, Thomas Binsse, Mathieu Clearbout, Benoit Boulanger, Cosimo Torre et son petit fils Adrien.
Pendant que nous allons nous balader en surface avec Jean-Louis, les jeunes vont tenter d'aménager un passage pour shunter une verticale délicate dans la Galerie de l'Enclume. Cosimo et Adrien irons jusqu'à la base de la Salle Thomaths. Afin de prendre de nouvelles habitudes, et comme la chasse est ouverte, nous décidons de baliser discrètement le chemin d'accès.
"Voir la description jointe à la convention ".
A la sortie de Plombières lès Dijon, nous montons à travers la colline tout en agrafant des petits carrés de rubalise pour la montée et de touts petits morceaux de bandes réfléchissantes pour la descente.
Ce travail fait, nous décidons d'aller randonner au dessus des balisages qui ont été faits au niveau de la Salle du Putch et de la Galerie de la Porcelaine. Ensuite nous prospectons les différentes zones d'absorption. Il n'y a vraiment pas grand-chose de bien évident !...



Tout de même ! Jean-Louis me montre la zone de balisage d'une cheminée dans la Galerie de la Porcelaine. A cet endroit, il y a une dépression qui ressemble bien à un effondrement !! De plus, 20 ans auparavant, nous étions venus faire une séance de radiesthésie et notre sourcier nous avait dit à quelques mètres près que ! "S'il y avait un endroit à désobstruer dans le secteur c'était bien dans cette zone". Cette cheminée n'a pas encore été remontée totalement... Elle fera prochainement l'objet de toute notre attention !
Ensuite, nous parcourons toute la surface au dessus de ces galeries si proches de la surface sans malheureusement trouver d'autres dolines bien intéressantes.

Encore de belles perspectives de trouvailles pour l'avenir....

Laurent et Jean-Louis

Retour à la page d'accueil du site
cds21