--> Retour menu <--
 
Date
Lieux
Activités
9-10-11/10/09 Porte des Etoiles - Plombières les Dijon Désobstruction et radiesthésie...
2009, c'est fini....



C'est le dernier GROS WE de l'année 2009 qui vient de s'achever, avant de laisser la nature aux chasseurs durant l'hivers.
Durant cette année, les 8 gros week end se sont passés quasiment tous sous le soleil, ce qui a grandement facilité et rendu plus agréable ce travail pénible qui est la désobstruction de la "Porte des Etoiles."
C'est année 2009 a été aussi un nouveau record de creusement depuis la première année ( 2004) où nous avions descendu de 12 m en 3 semaines !
En 2005 nous avions fait que 1,5 m (profondeur 13,50 m) dans la nouvelle galerie appelée "La Galerie Technique". Cette année là nous avions abandonné "La Galerie du Rail"
En 2006, 3,95 m, (profondeur 17,45 m)
En 2007, 3,90 m, (profondeur 21,35 m)
En 2008, 3,15 m, (profondeur 24,50 m) - Année difficile, roche très dure
En 2009, 4,10 m, (profondeur 28,60 m) - Nous sommes dans des marnes.


Croquis en perspective de la Cathédrale par Claude Humblot
Présents durants ce WE : Dominique Giraudet, Rémy Pataille, Claude Humblot, Robert Fourneaux et Matthieu, Cédric xxxx, Hanna xxxxx, Laurent Garnier, Mérelle JLouis. Visite De Florent Pataille et de Michel ? ancien spéléo qui a travaillé à la désobstruction du siphon du Neuvon .

Ces trois jours furent ponctués de nombreux rebondissement mais nous avons atteints quasiment tous les objectifs que nous nous étions fixés.
Il fallait essayer le groupe électrogène 6 kW que nous avions envisagé d'acheter. Malheureusement malgré les essais de Jean-Louis, cet appareil, équipé exclusivement en 380v tri, ne nous permet pas, (faute d'ampérage) la souplesse que nous avions envisagé.


Samedi : Arrivée sur les lieux à 9h. Nous recevons ce jour Dominique Giraudet qui est sourcier, connu pour être à l'origine de Nonceuil. Il tentera de nous décrire ce qu'il ressent sous le sol. Il travaille au moyen d'un appareil qui s'appelle un Dowser. C'est un ami de Rémy Pataille. Il ne connait rien de la topographie des lieux, ni de notre galerie. Après avoir un peu discuté avec lui et en ne lui révélant aucun détail, il se met au travail. A notre grande étonnement il commence de tracer au sol une galerie qui part de la PDE vers le Nord-Nord Ouest. Nous nous regardons perplexe, car ce qu'il trace et la quasi verticale de la galerie sous nos pieds. Même position, même direction, même largeur....C'est stupéfiant...Comment fait'il ?
Il trace une autre galerie plus étroite et plus à l'est, et encore une autre...Il trouve ainsi tout un ensemble de galeries, salles, étroitures, qui s'etendent sur plus de 100 m de long et 50 m de large.




La complexité des lieux ne nous apporte pas d'éléments fondamentaux pour la suite de notre aventure.
Ce qu'il a trouvé ne s'invente tout de même pas.
Tout de même, en descendant au fond de la cavité, il nous à donner une direction à suivre. Ce n'est pas tout à fait celle que nous pensions. Elle est plus prononcée d'une bonne vingtaine de degrés vers la gauche.
Mais comment faire pour noter tout cela sur un papier ? Une seule solution rapide, la photo aérienne !

Ni une, ni deux, Claude saute dans son camion pour aller chercher du plâtre. Il revient et trace les contours.

Une fois terminé, Jean-Louis saute dans son avion avec Rémy et Mathieu pour faire une bonne vingtaine de photo et quelques vidéos du travail réalisé. Il a l'impression de photographier les "Pistes de Nazka"...







Cette journée bien chargée se terminera par la remontée à l'extérieur d'une bonne soixantaine de seaux. Nous sommes toujours dans les marnes qui font une belle épaisseur. C'est de plus en plus tendre, toujours autant de digonelles et autres fossiles.
Nous quittons les lieux vers les 19h sous un beau couché de soleil, en laissant la cavité sans l'avoir nettoyé complètement.


Dimanche : Nous sommes que 3 ensembles au maximum durant cette journée. Claude le matin, remplacé par XXXXX l'après midi. Reprise des travaux arrêtés la veille et c'est encore autant de seaux remontés à la surface.

Les derniers forages que nous faisons, nous permettent de confirmer que la mèche, après avoir traversé les marnes bien tendres, bute sur une couche particulièrement dure.
Et c'est sans détour que nous pouvons dire que nous sommes sur le toit des calcaires de Dijon, le but que nous voulions atteindre avant la fin de la saison.


Le soir arrive et c'est le dernier rangement du matériel pour cette année, à moins qu'un peu de courage et de disponibilité du site et de nous même, nous permettent de revenir une petite fois avant la reprise.
Nous laissons donc le site de la PDE libre pour les WE à venir pour permettre aux chasseurs de Plombières de venir en toute tranquilité traquer le sanglier ou autres bêtes à cornes...
Nous reprendrons sérieusement notre travail en mars 2010.
Retraçage des contours et des données (par Claude Humblot)


Beau dégagement de digonnelles fait par Claude Humblot
En attendant pleins de projets et d'entrainements vont aller bon train, pour envisager un re-balisage plus précis de la Cheminée de la Cathédrale durant l'année prochaine.
Après la saison de chasse, nous aurons pas mal de maintenance à réaliser comme changer certains barreaux dans le puits, consolider et rallonger le rail et la ventilation, réviser la pompe, l'aspiration et le refoulement, réviser le petit treuil ....

Encore de longues heures en perspective.....

Laurent et JLouis



Nous sommes actuellement à une profondeur de 28,50 m.

Retour à la page d'accueil du site
cds21