--> Retour menu <--
 
Date
Lieux
Activités
9/1/2009 Porte des Etoiles - Plombières les Dijon Désobstruction, essais et entretiens
Présents: Jean-Louis, Robert, Laurent.

L’année spéléologique 2009 commence par une virée à la PDE, non pas pour s’amuser mais pour inventorier les travaux que nous devons réaliser avant de reprendre les grands WE.
Nous en avons aussi profité pour faire des micros films du pompage et des essais de percuteurs.
Moins 10 degrés, pas un poil de vent. Une journée d’hiver comme nous les aimons commence.
Le cercle rouge du soleil s’élève à travers les brumes matinales de la plaine de la Saône.
Il est temps de sortir gratter les vitres de la voiture.
Un petit détour par la boulangerie et nous voici chez Jean-Louis devant un café chaud et les croissants.
Les discussions vont bon train devant le plan de la PDE et la surprise pour l'AG du CDS.
Il est désormais l’heure de nous rendre sur le territoire de la ferme de la Pérouse.


A 10 h nous sommes sur place. Le temps de nous équiper et de préparer le matériel, nous sommes rapidement au fond. Quelqu’un a-t-il laisser le chauffage ?.... car il fait particulièrement chaud et humide. Plus de 20 degrés d'écard entre l'intérieur et l'extérieur. Le ventilateur mis en route distille un épais brouillard de condensation qui ne nous permet pas de voir à plus de 2 mètres dans la galerie pentue à 43°.
La pompe descendue au bord de la vasque claire refuse de démarrer malgré toutes nos attentions.
JLouis et Robert la remonte pour une sérieuse révision pendant que je descends le matériel de cinéma et de désobstruction. L’appareil photo sorti de son étui prend immédiatement la condensation. Afin qu’il se mette à température, je le stabilise sur une margelle pendant l’organisation des percuteurs.
La pompe redescend. Le pot et les gaz d’échappement du groupe électrogène ont eu raison de la glace qui la bloquait.
L’eau pompée, remonte dans la galerie du rail. Malgré le très faible écoulement, il reste quand même 1,50m d’eau au fond de la cavité.
Un fois la cavité vidée, nous retrouvons la surface pour la petite collation de midi.


Le soleil est radieux, le vent est absent, malgré tout, nous ne nous éternisons pas trop car, au fond, le chauffage géothermique gratuit est toujours en route.
La petite perforatrice est aussitôt prise en main par Robert qui nous prépare le terrain pour les 4 percuteurs : les deux anciens et les deux « derniers cris ». Ses moindres gestes sont immédiatement imprimés dans la carte de l’appareil.
Le travail terminé, c’est l’heure des premiers essais mais tout ne va pas toujours comme on le voudrait.
Cela fait beaucoup de bruits et de fumée pour un résultat décevant en comparaison des percuteurs manuels, la roche n’est que fracturée malgré les 24 cartouches.
Un deuxième essai donne un peu plus de résultats.
Et le troisième guère plus.
Une chose est sûre c’est que la forme des derniers modèles de percuteurs aquatiques est parfaitement adaptée à notre activité.
Pour faire avancer les travaux, nous prenons les percuteurs manuels et cassons méticuleusement la roche pour préparer notre prochaine venue.
L’équivalent de 20 seaux et 150 cartouches plus tard, nous nous retrouvons à la surface enveloppée par la douce chaleur de la cuisinière à bois de la cuisine de la ferme de la Pérouse, et devant un petit blanc cass'.


Conclusion :
Si les percuteurs manuels sont toujours aussi efficaces (99 % de réussites), il faudra tout de même fabriquer un extracteur.
Je dirais que les percuteurs à commande à distance ont beaucoup évolué pour approcher les 50%.
Après avoir décortiqué méticuleusement les essais et chaque réaction, des petites modifications sont nécessaires sur les chambres de compression et lors de la mise en place de l’ensemble sur les trous.

Nous progressons à petits pas mais nous suivons le bon chemin.
Au fonds de la PDE, le travail se complique quelque peu car nous avons une alternance de roches dures et de fissures d’argile contre lesquelles nous nous heurtons. Il va falloir faire de la place.
Après différentes mesures, re-mesures et concertations, nous sommes très certainement juste au dessus des marnes à digonnelles.
En ce qui concerne le matériel en place, il va falloir impérativement ressouder, consolider les 3 pattes du rail démontable et prévoir une rallonge de 2 mètres.

Laurent et JLouis

Retour à la page d'accueil du site
cds21