--> Retour menu <--
 
Date
Lieux
Activités
19-20-21/9/2008 La PDE - Plombières lès Dijon Désobstruction
VENDREDI 19 SEPTEMBRE 2008
Le vendredi après-midi est consacré à la révision du groupe électrogène à gaz, au chargement du matériel dans la remorque et à l’installation partielle du matériel sur le chantier.
Malheureusement, le petit groupe ne livre pas tous ses secrets et reste désossé sur l’établi dans l’atelier du loft. Heureusement que nous avions déjà réviser le 6kw.
Il est 17h, François Pornet me rejoint pour faire du gonflage. J’en profite pour lui laisser la main et me rend de suite à la PDE où la caravane-atelier est déjà sur place.
Je suis seul, au calme, pour avancer la pose du matériel et ainsi avancer l’heure de la remontée des seaux du lendemain.
A 18 h, J-Louis me retrouve pour achever l’installation supérieure de notre chantier.


SAMEDI 20 SEPTEMBRE 2008
Présents : C. HUMBLOT / R. FOURNEAUX / J.L. MERELLE / M. CLAERBOUT / F. PORNET / S. CLAERBOUT / J. MICHEL / R. PATAILLE / J.M. ET C. CHAPUT / L. GARNIER
Nous sommes sur place dès 9 h. En attendant le gros de la troupe, nous buvons le petit café du matin qui nous réchauffe car le vent du nord souffle fort et le soleil qui pointe, n’arrive pas encore à chauffer les tôles de notre abri.
Chacun s’installe à son poste et, comme une mécanique bien huilée, l’eau est pompée et les seaux remontent à la surface au rythme d’un toutes les 3 mn. Il faut que nous soyons six pour que tout roule correctement.
Du fond à la surface, le premier remplit les seaux. Le deuxième s’occupe de les crocheter, de gérer le chariot en bas du rail à la descente et à la remontée pour ne pas que la cordelette de traction ne déraille, avant de passer la main au « treuil-man » du bas du puits. Ce dernier, très occupé, se charge de réceptionner les seaux qui viennent du fond, de les accrocher à la corde qui descend du puits, de donner l’ordre de monter et de descendre un seau vide via le chariot du treuil inférieur.
J'espère que vous aves bien compris ...(ndlr)


Lorsque, dans le puits, les seaux montent, le 4ème , posté à ce que nous appelons l’intermédiaire, les guident et les décoincent avant et pendant la partie supérieure de l’entrée de la cavité qui est inclinée.
A la surface, les 2 derniers sont chargés, l’un du treuil, l’autre de tirer sur la corde pour vider le contenu du seau directement dans la brouette (qui en contient 3). Celle-ci est véhiculée directement sur la terrasse.
Si nous avions été 7 (nains comme Laurent (ndlr)), l’un d’entre nous serait descendu joyeusement aider ses compères au « fond de la mine ».
A 12 h, tout le monde est à table.
A 14 h, la « Chaputmania » est à pied d’œuvre au burineur et à 17 h, le chantier est propre et prêt à recevoir les foreurs. Le travail de la journée sera terminé sur le coup des 20 h.
Nous retrouvons nos charmantes compagnes au loft pour le traditionnel barbecue du samedi soir.


DIMANCHE 21 SEPTEMBRE 2008
Présents : C. HUMBLOT / J.L. MERELLE / L. GARNIER (+ Clément et Florence) / F. BRASSAUD / E. CONSTANTIN / J. MICHEL (+ Joëlle et Stéphanie) / M. et J.P. THIRY / P. et M. BOLARD
9 h – Il nous faut nous mettre en quête de super 95 car le 98 avec additif du 6 kw (de nouveau en panne) ne convient pas pour les moteurs récents. Malheureusement, le rotor de la grosse génératrice nous lache ! Un fil s’est coupé !...
Ce matin (un lapin !!!…..), c’est un chantier multi-fonctions que nous entreprenons.
Après avoir succinctement nettoyé le fond, nous préparons des forages pendant que les seaux remontent.
A 12 h, l’apéro et l’arrivée de Jean-Pierre et Michèle nous appellent.


Ce n’est qu’à 14 h 30 que nous redescendons « à la mine ».
A 17 h, le fond du chantier est à nouveau propre pour le prochain exercice.
17 h 30, une file de voitures quittent les lieux, rendant à la nature sa quiétude habituelle.
Pour résumer, cet exercice nous a coûté du matériel : la cordelette du treuil inférieur a été sectionnée plusieurs fois (elle sera changée au plus tôt), la manche à air souple a été entièrement démontée pour pouvoir reboucher, par collage, les trous d’usure et, pour finir, le groupe 6 kW est une fois de plus en panne. Heureusement que Claude ne se déplace plus sans son petit groupe.


Malgré notre présence énergique uniquement sur 2 jours et les nombreuses difficultés habituelles, nous avons treuillé une quantité de seaux assez importante (environ 150).
Nous avons avancé de 50cm en horizontale et en profondeur ce qui porte la profondeur de la cavité à 24,45 m.
Durant le prochain exercice, nous envisageons de rallonger le rail de plafond et la manche à air.

Laurent et JLouis
Nous sommes actuellement à une profondeur d'environ 24,45 m.


Dernière minute !...

Après avoir nettoyé au jet d'eau la roche du fond de la cavité, nous pouvons dire que nous avons atteint les fameuses marnes à digonnelles. Elles sont plus dur qu'attendues mais ce sont laissées traverser facilement. Cela vérifie donc notre raisonnement de la dernière fois. Nous sommes maintenant dans le grenu inférieur...

Retour à la page d'accueil du site
cds21